Il était une fois, dans l'océan, bien loin des continents, une jeune femme à la mine d'enfant, nommée Mely.

Mely n'avait ni père, ni mère, juste pour seule amie, la mer. Mely habitait sur une île déserte depuis l'affreux naufrage. Elle demeurait là, seule et sans bagage. Ses yeux étaient bleus comme la mer, sa longue chevelure couleur chêne flottait au gré du vent sur ses épaules. Mely trouvait le temps long depuis sa désastreuse dernière expédition. Il lui fallait un ami, quelqu'un à qui se confier, comme un frère, elle l'imaginait tendre et fier.

Un beau matin, un navire apparut au loin, il se promenait paresseusement sur l'eau. Il parvenait aux oreilles de Mely une musique vive et entrainante. "Que faisait-on sur ce navire qui demande pareille agitation ?" Des petites silhouettes blanches s'activaient sur le pont. "Voici mon salut!" cria t'elle les bras tendus. Le bateau s'approcha et Mely nagea jusqu’aux hublots.

Elle raconta aux marins, la peur, l'attente et le froid. Un premier marin ému par son histoire ôta le carré de coton qui le couvrait pour le poser sur les frêles épaules de Mely. Un deuxième la chaussa de sandales toutes neuves. Ainsi le ciel ne l'avait pas oubliée. Une alliance se scella : la mer, les marins et Mely ne faisaient plus qu'un. Ils signèrent leur pacte dans le sable, laissant la mer emporter à jamais leur destin. La mer lui avait offert dix frères. Un marin surprit Mely : " qu’as-tu mon enfant?" , une de ses larmes glissa sur la mer, "je pleure de bonheur" raconta Mely.

Et dans le soupir qui sortait de ses lèvres, elle dit merci.

Elisabeth D.